top of page

Alice Munro : la danse des ombres heureuses


C'est une nouvelle assez brève : une fête de fin d'année dans une petite, très petite maison, où une vieille dame enseigne le piano aux enfants. Tout le monde vient un peu à contre coeur, il fait très chaud, on se marche un peu dessus, les sandwiches préparés tôt le matin se dessèchent et font le régal des mouches. Il n'y a que des mamans dans cette assemblée. On subit le défilé des élèves qui torturent gentiment le clavier. Et voici que dans la chaleur de la fin d'après midi, une jeune adolescente, qui fait partie d'un groupe de handicapés légers, se met à jouer La danse des ombres heureuses. Et un miracle se déploie. Toute cette assemblée plongée dans l'ennui s'en trouve illuminée. Et chacune en repartant retient les commentaires un peu acides et apitoyés qu'elle aurait lancés avec un petit sourire moqueur.

Alice Munro a un grand talent pour suggérer avec subtilité les petits travers que nous connaissons tous, les mesquineries, les amitiés, les amours bancales. C'est très émouvant. Autre ensemble de nouvelles : Les fugitives, qui raconte des parcours de femmes qui veulent quitter ou rejoindre un amoureux. Si les couleurs varient sans cesse, chaque récit est plein de nuances : on entre dans un monde complexe, cruel et tendre à la fois.

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page