top of page
  • ggd624

Traduction, adaptation



Il m'est arrivé de traduire, ou plutôt d'adapter des textes de l'anglais (W.H. Auden...) ou de l'allemand (Bertolt Brecht, Goethe...). C'est toujours un exercice passionnant, qui exige patience, artisanat, virtuosité, humilité. Si par malheur on a décidé de conserver dans la traduction un système rimé, on traverse l'enfer froid de l'échec, an ifern yen, et chaud de la passion, car c'est passionnant !

J'ai découvert il y a plusieurs années un poème d'Emily Dickinson, affiché dans une rame de métro parisien pendant le mois de la poésie. Il m'a donné un petit coup à l'estomac, signe qui ne trompe pas, et comme je n'avais rien pour noter, je l'ai aussitôt appris par coeur. C'est vrai, il n'est pas bien long ! mais j'étais heureux de mettre ma mémoire à l'épreuve vu que dans l'ensemble, elle est plutôt boiteuse.


Quand j'ai recherché sur le web l'original de ce texte, j'en ai trouvé plusieurs traductions. Je vous laisse juges.


Water is taught by thirst

Land - by the ocean passed

Transport - by throe -

Peace - by it's battle told -

Love, by Memorial Mold

Birds, by the snow


On apprend l'eau - par la soif

La terre - par les mers qu'on passe

L'exaltation - par l'angoisse -

La paix - en comptant ses batailles -

L'amour - par une image qu'on garde

Et les oiseaux - par la neige


On apprend l'eau par la soif

La terre par les voyages en mer

La passion par les affres

La paix par les récits de guerre

L'amour par la mort

Les oiseaux par l'hiver


L'Eau, c'est par la soif qu'on la sait. Le Sol — par l'Océan passé. L'Envolée — par le piège — La Paix — par ses récits de lutte — L'Amour, par le Marbre d'un Buste — Les Oiseaux, par la Neige.


Aucun n'est totalement satisfaisant, aucun ne reproduit l'impact du texte anglais dans sa brièveté, surtou par l'absence d'article, ce que le français ne permet pas. Chacun a ses qualités et ses défauts...J e préfère le deuxième, même s'il n'est pas le plus fidèle, sans doute parce que c'est lui qui m'a ému dans le métro. Et comme il rime, je l'ai mis en musique. Je vous le proposerai... un jour.


Merci aux traducteurs, inconnus, et à Emily, disparue.


PS : je vais reproduire ici certains articles de mon overblog. Celui-ci en fait partie.

31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page